Home Actualités Internationales C’est grâce a ses acacias que Le Tchad contribuera à la Grande Muraille verte au sahel

C’est grâce a ses acacias que Le Tchad contribuera à la Grande Muraille verte au sahel

Au Tchad, jusqu’alors, on ne cultive pas l’acacia. On se contente de récolter la sève des arbres sauvages. Les acacias Sénégal et seyal, communément appelé kitir et talha, sont les deux premières variétés productrices de gomme arabique et apprécient le climat saharien. De temps à autre, on envoie les femmes recueillir quelques kg de gomme pour la vendre sur le marché et se faire un peu d’argent. Cette manne n’est qu’un appoint dans la culture paysanne. Car, depuis la fin XXe siècle, l’heure est plutôt à la production de coton. C’est même presque devenu l’emblème du pays et à ce titre la culture. Aujourd’hui, la demande est bien là et la production aussi. Au Tchad, elle fait désormais vivre directement ou indirectement plus de 800 000 paysans. En 2019, selon les autorités, 20 000 tonnes ont été exportées, ce qui fait du pays le deuxième producteur mondial derrière le Soudan voisin. Après l’élevage et le coton, la gomme représente la troisième source de revenus hors pétrole, et assure 7 % du produit intérieur brut (PIB). La précieuse sève est même érigée en « mamelle prioritaire » de l’économie dans le plan national de développement lancé en 2016 par le gouvernement pour faire face aux difficultés de trésorerie après la brusque chute des cours du brut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Covid-19: Un patient de 82 ans meurt à l’hôpital Lübke de Diourbel

La commune de Diourbel compte désormais trois décès liés à la Covid-19. Après les deux vie…