Home SOCIETE Covid-19: l’île de Gorée orphelin de ses touristes
SOCIETE - 4 semaines ago

Covid-19: l’île de Gorée orphelin de ses touristes

Depuis le 15 mars, seuls les résidents ont accès à l’île mémoire de la traite négrière en Afrique, reconnue au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le 29 juin, le président sénégalais Macky Sall a annoncé la fin de l’état d’urgence et la levée du couvre-feu, instauré trois mois plus tôt. Mais rien n’a encore été décidé à propos de l’île. Pour faire face aux conséquences de la pandémie, le gouvernement a créé un fonds Force Covid-19, dont 15 milliards de francs CFA (près de 23 millions d’euros) sont destinés au crédit hôtelier et touristique. Pour le moment, l’île de Gorée est la seule commune de la capitale sénégalaise à ne pas avoir été touchée par le coronavirus. Au niveau national, 7 657 cas ont été déclarés positifs dont 141 décédés au 8 juillet. Sur l’île de 1 300 habitants, 80 % de la population vit du tourisme, grâce à la venue quotidienne de 3 000 à 6 000 visiteurs. Mais, aujourd’hui, plus personne ne foule les pavés gris de la célèbre rue de la Maison des esclaves où trône, solitaire, la sculpture d’un homme qui se libère des chaînes de la traite négrière.

La municipalité a vite réagi pour soutenir la population. En près de quatre mois, cinq distributions alimentaires et de kits d’hygiène ont été organisées. Eau de javel, pâtes, riz, huile, lait… Quelques denrées sont encore stockées dans l’historique bâtisse en pierre de la Maison de la culture en vue d’une prochaine distribution avant la Tabaski, la fête du sacrifice du mouton qui aura lieu fin juillet. Grâce au fonds Force Covid-19, l’Etat a finalement apporté des denrées pour 108 foyers de l’île. Ces distributions n’auraient pas pu avoir lieu sans la mobilisation des jeunes volontaires goréens, qui ont réparti les denrées dans chaque maison. Mais cet élan de solidarité n’est qu’une réponse de court terme face à la crise. Macky Sall a annoncé l’ouverture des frontières internationales à partir du 15 juillet. Une mesure qui pourrait soulager l’économie locale si elle est accompagnée d’une ouverture de l’île. 

Pour l’heure, Gorée continue à creuser son sillon patrimonial après avoir rebaptisé la place de l’Europe en place de la Liberté. Un acte symbolique fort, mais aussi une façon de continuer à faire parler d’elle en dépit de son isolement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Les locaux du journal “Les Echos” saccagés suite à la diffusion de l’infos sur l’Hospitalisation de Moustapha Sy

L’info qui a fait état de l’infection à la Covid-19 du guide moral des Mourtachidines, Ser…