IRAN NDAO VIOL
Home Actualités au Sénégal Iran Ndao Pour parler de viol, il faut qu’il y ait contrainte
Actualités au Sénégal - 1 semaine ago

Iran Ndao Pour parler de viol, il faut qu’il y ait contrainte

Pour parler de viol, il faut qu’il y ait  contrainte

Considérant comme pures affabulations les accusations de pédophilie contre le maître coranique de Ouakam, Iran Ndao prend sa défense et parle d’ « absence de preuves. »

Opposant les critères  occidentaux  d’appréciations  à ceux de l’islam, son argumentaire repose sur les enseignements du Prophète Mohamed PSL.

« Pour parler de viol » selon Ibrahima Badiane, « il faut qu’il y ait  contrainte, et ici il y a  vraisemblablement consentement. »  

Avec « l’absence de cris, de dénonciation et de traces de lutte comme ce fut le cas avec Bineta Camara dont le refus a conduit à sa mort, il n’y a pas de viol. »

 Il  n’y a pas d’adultère sans 4 témoins oculaires

En islam aussi, d’après Iran, « il n’y a pas d’adultère sans 4 témoins, tous hommes libres, intègres, reconnus comme tels, venant d’horizons divers et découvrant en même temps  les fornicateurs en action. »

Puisque ce n’est pas le cas ici, Iran accuse à son tour « les ennemis de l’islam qui livrent pour lui une bataille perdue d’avance et la perfidie des jeunes talibés », en se fondant sur son expérience personnelle. 

Conclusion ? Le maître coranique est « techniquement » innocent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Kemi Seba arrêté à l’Aéroport international Blaise Diagne

Le président de l’Ong, Urgences Panafricanistes, Kemi Seba a été arrêté ce dimanche à l’aé…