Loi-sur-l’interdiction-des-sachets-plastiques-les-producteurs-d’eau-en-sachet-frustrés
Home Actualités au Sénégal Loi sur l’interdiction des sachets plastiques : les producteurs d’eau frustrés
Actualités au Sénégal - 3 semaines ago

Loi sur l’interdiction des sachets plastiques : les producteurs d’eau frustrés

L’applicabilité de la loi pose problème

Bien que la loi relative à l’importation et à la production des sachets plastiques soit entrée en vigueur au Sénégal depuis janvier 2016, son application pose encore problème.

En effet, elle a été adoptée à l’unanimité à l’Assemblée nationale du Sénégal depuis le 21 avril 2015. Le projet de loi est relatif à « l’interdiction de la production, de l’importation, de la détention, de la distribution et de l’utilisation des sachets plastiques ».

Cependant, son applicabilité fait encore débat au sein de la population, qui semble peu adhérer à cette décision. En effet, le ministre de l’environnement qui a annoncé hier que la loi sera effective ce 20 Avril 2020 sur l’étendue du pays, inquiète plus qu’il ne rassure. Le gouvernement devrait ici, au lieu d’insister sur « La loi qui prévoit des amendes et des peines d’emprisonnement pour les infractions de la fabrication, la détention, l’utilisation ou la mise en vente des sachets prohibés », ferait peut être mieux de privilégier la sensibilisation.

Que dit cette loi ?

Pourtant, elle est bien d’intérêt public car, dans l’exposé des motifs, le législateur explique que la loi propose «la normalisation et la standardisation de la production et de l’importation des sachets plastiques, pour ne permettre la mise sur le marché que des sachets de qualité supérieure, résistants et réutilisables ».

Elle précise qu’elle vise les sachets « d’une épaisseur inférieure à 30 microns ».

Toutefois, le ministre a précisé que l’interdiction ne vise pas les sacs plastiques destinés et utilisés dans les points de vente pour emballer des denrées alimentaires afin de les protéger, de permettre leur manutention ou leur acheminement du producteur ou du vendeur au consommateur, et d’assurer leur présentation. Les sacs plastiques visés, souligne-t-il, doivent être de couleur transparente et fabriqués à partir de matières plastiques recyclables. Leur importation est soumise à autorisation préalable du ministre chargé de l’Environnement.

Les conséquences économiques

D’après les producteurs d’eau en sachet qui sont à Mbour, l’application de la loi va leur faire perdre 15.000 emplois et c’est inacceptable. Ils soutiennent que « les gens qui vendent l’eau dans les rues, les producteurs, les consommateurs vont tous ressentir les conséquences ». Ils ont ainsi décidé d’aller en grève depuis lundi 9 Mars, pour dénoncer ce qu’ils appellent une « injustice ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Coronavirus : quand l’Afrique dénonce la «maladie des blancs»

La propagation du coronavirus révèle une xénophobie latente dans certains pays et certaine…