Maltraitance Seynabou Ndiaye condamnée à 20 ans de travaux forcés pour avoir rendu aveugles ses deux belles-filles mineures
Home Actualités au Sénégal Maltraitance : Seynabou Ndiaye condamnée à 20 ans
Actualités au Sénégal - février 25, 2020

Maltraitance : Seynabou Ndiaye condamnée à 20 ans

Le verdict de l’affaire de la marâtre qui a rendu aveugles ses deux belles-filles alors qu’elles étaient en vacances chez leur père est tombé, ce mardi. Le président de la Chambre criminelle n’a pas été clément à l’endroit de Seynabou Ndiaye. 

L’accusée a écopé de 20 ans de travaux forcés pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la cécité de Nogaye Guèye et Fatou Guèye âgées respectivement de 3 et 5 ans en 2015. Elle doit verser une amende de 250 000 FCFA dans les caisses du Trésor public.
Son mari, Modou Guèye, jugé par contumace, est condamné à 5 ans de prison pour non assistance à des personnes en danger (ses filles). Il devra verser la même amende. 
Mieux, le couple reconnu coupable va allouer la rondelette somme de 150 millions de FCFA aux deux victimes.
Dans ce dossier, ce sont les voisins de la mère des filles domiciliée au quartier Darou Salam à Yeumbeul qui avaient déposé une plainte pour maltraitance contre Seynabou Ndiaye. « Ma tante nous battait tous les jours au vu et au su de notre papa. Elle a même une fois frappait Nogaye Guèye à la tête à l’aide d’un encensoir. Elle l’a cognée contre le mur. Souvent, elle mettait du savon en poudre dans nos yeux et du gasoil sur nos cuirs-chevelus », avait déclaré l’une des victimes, Fatou Guèye aux enquêteurs.

Toutefois, l’inculpée avait nié les faits en déclarant avoir toujours frappé ses belles-filles avec ses mains. « Ce n’est qu’en prison qu’on m’a dit que je mettais du savon dans leurs yeux. Ce qui est faux. En ce qui concerne le gasoil, c’est leur père qui l’achetait car elles avaient des poux », s’est défendue Seynabou Ndiaye lors du procès.

SÉVICES CORPORELS : UNE BELLE-MÈRE REND AVEUGLE LES DEUX FILLES DE SON MARI

Alors qu’on n’a pas encore fini d’épiloguer sur les actes commis sur des enfants talibés à Ndiagne (Louga), un autre cas de maltraitance des enfants défraie la chronique dans la banlieue dakaroise. Il s’agit de l’affaire qui a été appelée, ce mercredi, à la barre de la chambre criminelle. Une belle mère qui maltraitait les deux filles de son ex coépouse, les a rendues aveugles. Elle est poursuivie pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la cécité sur des enfants. Le procès n’a pas pu se tenir. Il a été renvoyé par le juge au 24 décembre « pour convenance personnelle ».

En effet, il ressort du procès-verbal de l’enquête préliminaire que les faits se sont déroulés 16 mai 2015. A cette date, Babacar Ciss et Mamadou Diop, respectivement délégué de quartier et imam du quartier Darou Salam 1 de Yeumbeul, accompagnés d’une vingtaine de personnes, se sont présentés au commissariat de la localité pour dénoncer des faits de sévices corporels et de maltraitance exercés sur les petites F. Gueye et N. Guèye. L’imam Mamadou Diop déclarait que la petite F. Guèye était sujette à des crises et avait des cicatrices sur le corps. Il soutenait s’être entretenu avec la belle-mère des enfants qui lui faisait croire que les cicatrices de la fille provenaient d’une chute dans les toilettes et que les crises étaient dues au fait qu’elle n’avait pas pris ses médicaments. Cependant, Amadou Sangaré et Abdoulaye Bèye, voisins de Seynabou Ndiaye, confirmaient les violences dont les filles étaient victimes de la part de celle-ci qui s’en prenait à eux lorsqu’ils s’interposaient. Ils ajoutaient avoir prévenu la police qui s’est transportée aux domiciles de la mise en cause sans procéder à son interpellation. Ce, après qu’elle a pris l’engagement de ne plus toucher aux filles.

Elle leur mettait de l’Omo dans les yeux

Mamadou Niang, colocataire de Seynabou Ndiaye abondait dans le même sens que les autres témoins. Il affirmait avoir avisé le père des enfants qui venait à la maison une fois par semaine. Il faisait remarquer que les sévices étaient si atroces et récurrents que les voisins avaient fini par alerter le délégué de quartier. Fatou Mbaye, grand-mère maternelle des enfants dénonçaient le silence coupable de Modou Guèye qui lui faisait croire que les enfants allaient bien. En présence de leur père, F. Guèye et N. Guèye déclaraient que leur belle-mère les violentait tous les jours. N. Guèye en sanglots, soutenait que sa belle-mère l’avait frappée à la tête avec un encensoir. Alors que F. Guèye la désignait comme étant l’auteure de ces blessures. Elle ajoutait avoir vu cette dernière cognait la tête de N. contre le mur des toilettes jusqu’à ce qu’elle pique une crise. Les jeunes filles ont également fait savoir qu’elles ne voyaient plus à cause du savon en poudre « Omo » que la mise en cause mettait dans leurs yeux. Pis, elles ont fait savoir qu’elles s’étaient plaintes auprès de leur père qui n’avait rien fait. Selon la mère des victimes, la mise en cause considérait ses enfants comme des esclaves. « Les enfants m’ont dit qu’elle les maltraitait tous les jours. Elle mettait dans le sexe de la plus grande des tubes orange. Les médecins m’ont dit qu’elle n’est plus vierge. Elle mettait même du gas-oil sur leur tête prétextant que c’était pour tuer les poux », a raconté la mère des victimes.

Les nerfs ont lâché. Une femme judokate, S. N., a frappé son mari A. D. lui cassant son bras. Selon Tribune qui donne la nouvelle, elle aurait pris ce dernier en flagrant délit d’infidélité. L’époux avait noué une relation amoureuse avec sa voisine d’immeuble.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est la découverte par son épouse de photos compromettantes et ultra sexy de sa « dulcinée » dans la messagerie WhatsApp  de son époux. La judokate a pris ses bagages et rentrée chez ses parents laissant son mari dans un piteux état.

Un air de très mauvaise qualité au Sénégal, l’alerte météo à ne pas ignorer

Les Sénégalais  font face  à une mauvaise qualité de l’air, ce mardi. Cette dégradation de l’air sous forme de couche dense  de poussière est d’origine désertique. Le risque sanitaire est élevé pour les personnes allergiques. Et voici  les conseils de la météo à ce  sujet. 

Une mauvaise qualité jusqu’à mercredi

Veuillez vous préparer à une continuité de la dégradation de l’air prévue ce mardi en journée, d’abord au Nord du Pays, puis se densifiant rapidement vers Dakar et le reste du Pays.

L’air va, selon les prévisions, de très mauvaise qualité jusqu’à mercredi soir.
Merci de retenir cette alerte, et prendre des dispositions. Asthmatiques et allergiques ont surtout à se prémunir.

Précautions à prendre

Pendant cette période, il est vivement conseillé d’éviter les activités physiques intenses en extérieur, de ne pas respirer par la bouche, de fermer et isoler les intérieurs, de beaucoup boire de l’eau, de faire attention aux visibilités réduites
Les rafales de vent seront plus faibles que lundi, mais pourraient dépasser les 35 Km/h dans l’après-midi.

Et pour les pêcheurs…

Pas de houle au large, légère vigilance cependant demandée à cause du vent pouvant lever des moutons.
PHOTO : tempête de poussière lundi après-midi au Nord du Sénégal, à quelques kilomètres de Podor …
L’équilibre écologique se perd au Sahel et le basculement est en cours. La faute à qui ? À ceux qui déboisent bien sur.

Drame à Thiaroye : Deux frères meurent par intoxication alimentaire

Ibrahima Diallo et Mamadou Woury Diallo, deux frères, sont décédés, par intoxication alimentaire, à l’hôpital Roi Bédouin de Guédiawaye où ils étaient transférés. Les victimes, âgées de 1 et 5 ans, avaient mangé, dans la nuit du samedi, de la soupe, indique le journal Les Échos dans sa livraison de ce mardi.

Tous ces deux enfants sont morts. Les deux parents et leur 3e fils, Momo Diang Diallo âgé de 8 ans, ont été également gravement touchés. Ce dernier est sous observation. La famille a-t-elle été victime d’une intoxication alimentaire ou d’un empoisonnement ? La police a ouvert une enquête.

Moustapha Diakhaté:  » Un troisième mandat pour Macky : impensable et non négociable »

Un troisième mandat pour le président de la République, Macky Sall n’est pas à l’ordre du jour et c’est impensable et non négociable, estime l’ancien ministre conseiller, Moustapha Diakhaté.

Impression…

« J’ai l’impression que le président de la République n’a pas bien entendu ce que les Sénégalais lui ont dit le 24 février 2019. Les Sénégalais lui ont dit qu’il a bien mené son premier mandat et continue sur ce même chemin, mais fait vite et améliore ta manière de gouverner », déclare Moustapha Diakhaté.

Problèmes…

Selon lui, les problèmes internes au sein de l’Apr, le dialogue politique, ce n’est pas ce que les Sénégalais attendent de lui, mais qu’il respecte ses promesses, termine ses projets et laisse un autre gouverner le pays.

Stratégie…

 » Le dialogue politique c’est juste une stratégie pour Macky Sall car je pense qu’il est en train de mijoter quelque chose. Il veut récupérer les gens du Pds pour donner un coup très dur à Abdoulaye Wade », poursuit Moustapha Diakhaté.

Limogeage…

D’après l’ancien ministre-conseiller, Macky Sall va même nommer des gens du parti Rewmi de Idrissa Seck pour faire de la place et limoger des gens qu’il ne veut plus voir à l’Alliance pour la République.

Coronavirus : Les mesures prises par le Sénégal au sortir de la réunion de crise de ce lundi

Une réunion de crise s’est tenue ce lundi au ministère des Affaires étrangères, a appris Igfm. Il s’agissait pour le ministre, Amadou Bâ,  d’échanger des informations avec l’ambassadeur d’Italie au Sénégal, de coordonner les opérations, surtout sur le plan sanitaire, et de prendre des mesures avec les services compétents.

Une cellule de crise a ainsi été installée pour suivre l’évolution des choses, a appris Igfm. Tous les services concernés (ministère de la Santé, police des frontières, ambassade et consulat du Sénégal en Italie…) y siègent. Le chef de l’Etat, Macky Sall, sera  régulièrement tenu informé de la situation pour lui permettre de prendre les décisions qui s’imposent. La situation préoccupe, en effet, grandement les autorités car plus de 50.000 Sénégalais vivent dans les zones touchées par le virus.

D’ores et déjà, décision a été prise d’envoyer une enveloppe à l’ambassade et au consulat pour l’achat d’équipements sanitaires (gants, masques…) afin de se prémunir, mais aussi pour l’accueil des compatriotes dans ces services diplomatiques. Une surveillance accrue sera également effectuée à l’aéroport, au port et au niveau des frontières terrestres.

Le ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur appelle, en conséquence, les Sénégalais vivant en Italie à limiter leurs déplacements pour amoindrir les risques d’infection.

AVIS DE TEMPÊTE À LA SAR : KHADIM BA (LOCAFRIQUE) CLAQUE LA PORTE DU CA

Khadim BA, le Directeur général de Locafrique, a claqué la porte du Conseil d’administration de la Société africaine de raffinage (SAR). Dans une correspondance datée du 24 février dernier, et adressée au Président du Conseil d’administration (PCA) de la SAR, le Directeur de Locafrique et détenteur de 34% du capital de la SAR, a motivé sa démission par « l’expansion de son groupe (Locafrique) et les engagements que cela implique qui font qu’(il) ne (soit) plus en mesure de donner la pleine mesure de (ses) capacités au sein du Conseil d’administration ».

RETRAIT DE LA LIGNE DE CRÉDIT DE 163 MILLIARDS

Un acte administratif aux conséquences économiques lourdes de conséquences économiques et sociales, avertit L’Obs, dans sa livraison du jour. Déjà, Khadim Bâ a « formellement » informé le PCA de la SAR de sa volonté de « retirer la ligne de crédit de 250 millions d’euros environ 163 milliards F CFA que (son) groupe (Locafrique) avait gracieusement mis à la disposition de la SAR pour assurer ses importations en pétrole brut », tel que rapporté dans sa lettre de démission.

Autre coup de massue, Khadim BA a exprimé son souhait d’ « annuler les modalités de la caution à hauteur de 130 milliards F CFA qu’il avait, personnellement, souscrit auprès des banques, pour garantir l’utilisation de cette ligne de crédit dédiée aux importations de pétrole brut et qui, au demeurant, a permis d’assurer l’approvisionnement de la SAR en produits pétroliers pendant plus d’une année ».

Selon des indiscrétions obtenues auprès d’un cadre administratif, cette démission ferait suite à un malaise ambiant au sein de la SAR. Où le Dg de Locafrique ne serait pas content de la gestion. Laquelle « ne lui inspirerait plus de confiance ».

KÉMI SÉBA RENVOYÉ À BRUXELLES

Kémi Séba quitte Dakar. Selon des informations de emedia.sn, l’activiste franco-béninois a embarqué à 21 h 19mn dans le vol SN BRUSSELS n°0204 de 22h 15 mn. Il est monté à bord de l’avion sans s’opposer à son embarquement sous bonne escorte policière.

Kémi Séba à Dakar, 3 ans après son expulsion pour trouble à l’ordre public, devait prendre part à son procès l’opposant à la Bceao après avoir brûlé un billet de 5000 FCFA. À son arrivée, hier dimanche, il a été retenu dans les locaux du commissariat de l’aéroport.

Son avocat, Me Koureychi Ba expliquait les raisons pour lesquelles Kémi Séba ne voulait pas retourner en Belgique. « Kémi Séba avait voyagé avec son passeport béninois, pour un cycle de conférences en Belgique. Il devait observer cette escale de Dakar pour son procès en appel, puis continuer sur Cotonou, la capitale béninoise. Il veut être refoulé dans son pays d’origine. J’ai mis en garde le commissaire Faye ainsi que son boss, Bop, du commissariat spécial de ne pas exercer de violence sur lui. Parce que, sinon ils en répondraient. Le commissaire Faye m’a rassuré qu’aucune violence ne serait exercé sur lui. Mais nous savons qu’ils n’y sont pas allés du dos de la cuillère pour le faire monter dans l’avion. Il est monté dans le vol de Bruxelles qui devait décoller à 22 heures 15 minutes. C’est à cause de la condescendance du Commandant de bord, qui l’a tutoyé, Kémi Séba a réagi avec brutalité, violemment, en criant de toutes ses forces, dans toute la carlingue, on l’entendait. C’est comme s’il était en transe. Et le commandant au vu d’un tel comportement a estimé plus sage d’obtenir qu’on le débarque de l’avion. »

Kémi Séba, qui reste droit dans ses bottes, ne s’oppose pas à quitter le Sénégal. Mais, il n’est pas question pour lui de retourner en Belgique. C’est clair. Si on le remet dans l’avion, il aura le même comportement. En territoire belge, ils ne vont pas accepter que les gens viennent mettre sous sédatif un passager récalcitrant. Parce qu’ils sont capables de lui inoculer une piqûre comme on fait avec les fous furieux. »

Coronavirus: Des tests pour les passagers en provenance d’Italie

Tous les passagers en provenance d’Italie seront désormais soumis à un test médical avant de sortir de l’aéroport Blaise Diagne de Diass, renseigne libération online. Cela fait suite à l’épidémie du Coronavirus qui a fait des victimes en Italie.

A rappeler que six personnes sont décédées dans la région de Lombardie. Mais jusque là, aucun Sénégalais n’est atteint, selon le président des Sénégalais de Brescia et Province.

Secteur des hydrocarbures : Le Sénégal poursuit sa campagne de séduction

« Le Sénégal n’est plus une destination d’exploration potentielle, il est devenu un pays pétrolier et gazier reconnu. Il existe peu de pays en Afrique capable d’offrir un environnement des affaires aussi stable et sûr, avec une vision gouvernementale à long terme et une grande diversité d’opportunités dans le secteur de l’énergie », rapporte le ministère sénégalais en charge du Pétrole et des Energies citant James Chester.

Le Sénégal poursuit ainsi sa campagne de séduction auprès des investisseurs. En effet, la « première conférence annuelle intitulée Sénégal Oil & Power qui se tiendra les 27 et 28 mai 2020 au Centre international de conférence Abdou Diouf (CICAD) à Diamniadio, mettra en commun tous les acteurs de la filière énergétique ».

Aussi, informe le ministère piloté par Mouhamadou Makhtar Cissé, « en 2020, le Sénégal lance officiellement son cycle de licences ». En ce sens, ajoute-t-il, des blocs pétroliers et gaziers sont proposés aux compagnies d’exploration. . Dans le même temps, le pays lance l’exploitation de son premier parc éolien et avance sur différents projets clés dans le secteur des hydrocarbures.

Le secteur de l’énergie au Sénégal devrait connaître une année 2020 très active car, entre autres, « le gouvernement présentera les permis pétroliers et gaziers lors d’une tournée internationale dans le cadre du programme de licences 2020, le parc éolien de Taïba Ndiaye, construit par la société Lekela, fournira de l’électricité à 2 millions de personnes à partir de l’année prochaine, et puis des avancées seront notées dans le projet GTA puisque McDermott finalisera la fabrication du système de production sous-marin ».

Un air de très mauvaise qualité au Sénégal, l’alerte météo à ne pas ignorer

Les Sénégalais  font face  à une mauvaise qualité de l’air, ce mardi. Cette dégradation de l’air sous forme de couche dense  de poussière est d’origine désertique. Le risque sanitaire est élevé pour les personnes allergiques. Et voici  les conseils de la météo à ce  sujet. 

Une mauvaise qualité jusqu’à mercredi

Veuillez vous préparer à une continuité de la dégradation de l’air prévue ce mardi en journée, d’abord au Nord du Pays, puis se densifiant rapidement vers Dakar et le reste du Pays.

L’air va, selon les prévisions, de très mauvaise qualité jusqu’à mercredi soir.
Merci de retenir cette alerte, et prendre des dispositions. Asthmatiques et allergiques ont surtout à se prémunir.

Précautions à prendre

Pendant cette période, il est vivement conseillé d’éviter les activités physiques intenses en extérieur, de ne pas respirer par la bouche, de fermer et isoler les intérieurs, de beaucoup boire de l’eau, de faire attention aux visibilités réduites
Les rafales de vent seront plus faibles que lundi, mais pourraient dépasser les 35 Km/h dans l’après-midi.

Et pour les pêcheurs…

Pas de houle au large, légère vigilance cependant demandée à cause du vent pouvant lever des moutons.
PHOTO : tempête de poussière lundi après-midi au Nord du Sénégal, à quelques kilomètres de Podor …
L’équilibre écologique se perd au Sahel et le basculement est en cours. La faute à qui ? À ceux qui déboisent bien sur.

TRÈS MAUVAISE QUALITÉ DE L’AIR : FORTE POUSSIÈRE JUSQU’AU JEUDI

A vos masques ! Une mauvaise qualité de l’air est notée ce mardi, 25 février, avec une couche dense de poussière. Des piétons portent leur masque. Au moment où d’autres qui n’en ont pas ou qui n’étaient pas avertis, tentent de se protéger avec les moyens du bord : un pan de la veste ou un mouchoir, c’est selon les cas.

Une femme judokate casse le bras de son mari infidèle

Les nerfs ont lâché. Une femme judokate, S. N., a frappé son mari A. D. lui cassant son bras. Selon Tribune qui donne la nouvelle, elle aurait pris ce dernier en flagrant délit d’infidélité. L’époux avait noué une relation amoureuse avec sa voisine d’immeuble.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est la découverte par son épouse de photos compromettantes et ultra sexy de sa « dulcinée » dans la messagerie WhatsApp  de son époux. La judokate a pris ses bagages et rentrée chez ses parents laissant son mari dans un piteux état.

Une femme judokate casse le bras de son mari infidèle

Les nerfs ont lâché. Une femme judokate, S. N., a frappé son mari A. D. lui cassant son bras. Selon Tribune qui donne la nouvelle, elle aurait pris ce dernier en flagrant délit d’infidélité.

L’époux avait noué une relation amoureuse avec sa voisine d’immeuble.La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est la découverte par son épouse de photos compromettantes et ultra sexy de sa « dulcinée » dans la messagerie WhatsApp  de son époux. La judokate a pris ses bagages et rentrée chez ses parents laissant son mari dans un piteux état.

Maltraitance : Seynabou Ndiaye condamnée à 20 ans de travaux forcés pour avoir rendu aveugles ses deux belles-filles mineures

Le verdict de l’affaire de la marâtre qui a rendu aveugles ses deux belles-filles alors qu’elles étaient en vacances chez leur père est tombé, ce mardi. Le président de la Chambre criminelle n’a pas été clément à l’endroit de Seynabou Ndiaye. 

L’accusée a écopé de 20 ans de travaux forcés pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la cécité de Nogaye Guèye et Fatou Guèye âgées respectivement de 3 et 5 ans en 2015. Elle doit verser une amende de 250 000 FCFA dans les caisses du Trésor public.
Son mari, Modou Guèye, jugé par contumace, est condamné à 5 ans de prison pour non assistance à des personnes en danger (ses filles). Il devra verser la même amende. 
Mieux, le couple reconnu coupable va allouer la rondelette somme de 150 millions de FCFA aux deux victimes.
Dans ce dossier, ce sont les voisins de la mère des filles domiciliée au quartier Darou Salam à Yeumbeul qui avaient déposé une plainte pour maltraitance contre Seynabou Ndiaye. « Ma tante nous battait tous les jours au vu et au su de notre papa. Elle a même une fois frappait Nogaye Guèye à la tête à l’aide d’un encensoir. Elle l’a cognée contre le mur. Souvent, elle mettait du savon en poudre dans nos yeux et du gasoil sur nos cuirs-chevelus », avait déclaré l’une des victimes, Fatou Guèye aux enquêteurs.

Toutefois, l’inculpée avait nié les faits en déclarant avoir toujours frappé ses belles-filles avec ses mains. « Ce n’est qu’en prison qu’on m’a dit que je mettais du savon dans leurs yeux. Ce qui est faux. En ce qui concerne le gasoil, c’est leur père qui l’achetait car elles avaient des poux », s’est défendue Seynabou Ndiaye lors du procès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

FORCE COVID-19 : L’ASSEMBLÉE REMET UN CHÈQUE DE 50 MILLIONS

La plénière à l’Assemblée, portant examen de la loi habilitant le président de la Ré…