Disparirion de la fille de Mame Matar Gueye
Home Actualités au Sénégal Mame Makhtar Guèye: « Ma fille commence à exprimer des tendances dépressives
Actualités au Sénégal - février 19, 2020

Mame Makhtar Guèye: « Ma fille commence à exprimer des tendances dépressives

Mame Makhtar Guèye s’est encore exprimé sur l’affaire de sa fille sur sa page Facebook. Voici l’intégralité de son post: 

« Je n’accepterai jamais qu’on veuille passer par ma famille pour me détruire. Ma fille n’a aucune responsabilité dans les combats que mène son père. 

JE CONTESTE la thèse du porte-parole de la Police, le lieutenant Ndiassé Dioum, soutenant que «c’est la police qui a retrouvé ma fille dans une auberge, après l’avoir géolocalisée». C’EST INEXACTE. Je prends à témoin son patron de la Sûreté urbaine (S.U., le Commissaire Bara Sangaré. C’est moi qui ai appris à ce dernier que ma fille a été retrouvée par une mère de famille layéne, Sokhna F.S. Laye. J’en ai aussitôt informé le Commissaire Sangaré qui m’a demandé de lui emmener immédiatement ma fille, pour audition. 

 MAIS, au bout d’un moment, le commissaire Sangaré dû interrompre l’audition de ma fille, au motif que « sa lucidité laissait à désirer ». En effet, ma fille a servi de multiples versions aux enquêteurs. Et puisque le patron de la S.U. voulait un PV d’audition crédible et fiable, il demanda une suspension des auditions jusqu’à lundi. Ce que tout le monde accepta. QU’EST-CE QUI explique alors cette PRÉCIPITATION SUSPECTE du chargé de la communication de la Police nationale, le Lieutenant Ndiassé Dioum, consistant à aller s’épancher dans une radio de la place pour déclarer «qu’il n’y a pas eu d’enlèvement»! Qui a parlé d’enlèvement? J’ai clairement spécifié dans ma saisine (remise aux Commissaires Dramé et Sangaré) que «ma fille a disparu»! LE LIEUTENANT DIOUM a outrepassé ses prérogatives en livrant hâtivement les bribes d’une audition inachevée.

 Et qui étaient loin d’être validées. D’autant que, je le répète, les enquêteurs ont non seulement noté que la lucidité de ma fille laissait à désirer, mais que les mille et une versions livrées aux enquêteurs par ma fille, toujours sous le coup de la panique, commandaient d’attendre au moins que les enquêteurs aient fini leur audition, avant que l’on aille se livrer à une course au scoop, en faisant cette déclaration fracassante, qui a profondément BLESSÉE MA FILLE, qui commence à exprimer des tendances DÉPRESSIVES et suicidaires. EN DÉFINITIVE, il est bon que l’opinion sache que CE N’EST PAS LA POLICE QUI A RETROUVÉ MA FILLE, contrairement à ce qu’à déclaré le lieutenant Dioum. Mais une famille layéne qui me l’a emmenée. Avant que le patron de la S.U. ne me demande la lui livrer. 

 JE TIENDRAIS le porte-parole de la Police, le Lieutenant Ndiassé Dioum responsable de tout ce qui pourrait arrivé à ma fille, qu’il a méchamment jetée en pâture à l’opinion. JE VOUS RÉITÉRE à tou(te)s, cher(e)s toute ma gratitude pour votre soutien constant et vos multiples messages de réconfort dans cette dire épreuve. Je vous reviendrais très prochainement après mon rendez-vous de ce mercredi 19 février 2020 avec la Sûreté Urbaine, incha Allah. Le combat continue. « 

Sortie du Lieutenant Dioum sur la disparition ou non de la fille de Mame Makhtar Guèye : Moustapha Diakhaté a le « cœur brisé ».

Fatou Binetou Gueye était auditionnée au commissariat central de Dakar en présence de son père. La fille du défenseur invétéré des mœurs « a passé une nuit à l’auberge avec son copain », selon les informations données par le Lieutenant Ndiassé Dioum.

Une affirmation du lieutenant qui n’en finit pas de faire l’objet de vives critiques. Pour l’ex-président du Groupe parlementaire Bby, cette sortie « est impardonnable ».

« La violation du secret de l’instruction est une faute impardonnable »

« Le maintien au bureau des relations publiques de la police du Lieutenant Ndiassé Dioum serait une grave entorse à la Gouvernance vertueuse et représenterait une menace sur la crédibilité de la prestigieuse police sénégalaise. La violation du secret de l’instruction est une faute impardonnable pour un responsable de ce niveau de la hiérarchie policière », soutient Moustapha Diakhaté sur sa page Facebook.

Imam Kanté : « Honte aux détracteurs de Mame Matar Gueye »

« Je réitère avec force ma position : C’est ridicule et indigne de dénigrer Mame Matar Gueye parce que sa fille aurait fait ceci ou cela. Je parle surtout des imbéciles qui disent « voilà, il parle alors qu’il n’a pas bien éduqué sa fille », déclare Imam Kanté.

Disparition de la fille de Mame Makhtar Guèye 

Pour rappel, islamique JAMRA a annoncé la disparition de sa fille Fatou Binetou Gueye. Cette dernière n’était pas revenue à la maison depuis vendredi après avoir demandé l’autorisation d’aller effectuer une promenade sportive au Centre aéré de la BECEAO. Mame Matar Gueye, a par ailleurs, rappelé dans sa missive des menaces proférées par un individu anonyme par téléphone, il y a quatre ans de cela. Le type en question menaçait de s’en prendre à sa fille à l’époque. En plus, M. Guèye est très réputé au Sénégal pour son combat contre les LGBT et la dépravation des mœurs. Un prétexte pour PressAfrik de s’interroger un possible complot ourdi contre sa personne quand on sait qu’il a déjà été la cible de certaines attaques et autres menaces à peine voilées sur les Réseaux sociaux.

Annoncée portée disparue vendredi soir, la fille de Mame Makhtar Guèye de l’ONG Jamra, a été retrouvée, samedi peu après 20h. Selon le Lieutenant Ndiassé Dioum qui a donné l’information, elle se trouvait dans une « auberge » de la place à Dakar en compagnie de son « petit copain ». 

Mame Makhtar Guèye, n’a pas tardé à réagir suite à cette sortie. «Qu’est-ce qui explique alors cette précipitation suspecte du chargé de la communication de la police nationale, le Lieutenant Ndiassé Dioum, consistant à aller s’épancher dans une radio de la place pour déclarer ceci : « il n’y a pas eu d’enlèvement »! Qui a parlé d’enlèvement? j’ai clairement spécifié dans ma saisine (remise aux commissaires Dramé et Sangaré) que « ma fille a disparu »! », a écrit M. Guèye sur sa page facebook.
 
Il estime que le Lieutenant Dioum a outrepassé ses prérogatives en livrant hâtivement les bribes d’une audition inachevée. Et qui était loin d’être validée. D’autant que les enquêteurs ont non seulement noté que la lucidité de ma fille laissait à désirer, mais que les mille et une versions livrées aux enquêteurs par ma fille, toujours sous le coup de la panique, commandaient d’attendre au moins que les enquêteurs aient fini leur audition, avant que l’on aille se livrer à une course au scoop, en faisant cette déclaration fracassante, qui en aura rajouté aux douloureux traumatismes endurés par ma fille. En sus du préjudice moral causé à sa famille et à ses proches.

Il a invité le Lieutenant à corriger sa sortie regrettable, et de faire preuve d’un peu patience et de retenue. Et surtout d’avoir la sagesse d’attendre que les enquêteurs terminent leurs auditions et investigations. Au regard du rôle que joue Mame Makhtar Gueye à travers l’Ong islamique Jamra et les récentes « menaces » émises contre lui sur les Réseaux sociaux, l’on se demande si tout ceci n’est pas un complot pour lui clouer le bec.

La mystérieuse prédiction de Kalista Sy en janvier 

En janvier, la scénariste de la série Maîtresse d’un homme marié, Khadijia Sy dite Kalista, qui n’a apparemment pas encore digéré l’épisode de la mise en demeure du CNRA, suite à une plainte de JAMRA, dénonçant les « dérives » dans le téléfilm, avait réagi au post de la journaliste Regina Sambou, relatif à un « portrait de Mame Mactar Guéye » fait par le quotidien national Le Soleil. Kalista s’était alors fendue d’un commentaire qui avait suscité plusieurs interrogations.

La scénariste de la série Maîtresse d’un Homme marié  avait écrit ceci : « Beussam dina ñeuw » (son jour viendra, en wolof) ! Et a même ajouté:  « Lou yagoul nak » (et ça ne va pas tarder). Cela veut dire quoi. Faisait-elle allusion à ce qui est arrivé dans ces dernières 48 heures ?

Et la réaction du principal concerné ne s’était non lus pas faite attendre. « Est-ce réellement une MENACE ou un quolibet?  Nous n’en savons strictement rien. Mais tels sont les faits dans leur stricte réalité. À toutes fins utiles, puisque nulle ne sait de quoi demain sera fait, nous transmettrons sans délais ces captures d’écran à notre avocat et conseiller juridique maître Khassimou Touré, qui indiquera à JAMRA la conduite à tenir ».

Mame Makhtar Guèye: « Ma fille commence à exprimer des tendances dépressives et suicidaires »

Mame Makhtar Guèye s’est encore exprimé sur l’affaire de sa fille sur sa page Facebook. Voici l’intégralité de son post: 

« Je n’accepterai jamais qu’on veuille passer par ma famille pour me détruire. Ma fille n’a aucune responsabilité dans les combats que mène son père. 

JE CONTESTE la thèse du porte-parole de la Police, le lieutenant Ndiassé Dioum, soutenant que «c’est la police qui a retrouvé ma fille dans une auberge, après l’avoir géolocalisée». C’EST INEXACTE. Je prends à témoin son patron de la Sûreté urbaine (S.U., le Commissaire Bara Sangaré. C’est moi qui ai appris à ce dernier que ma fille a été retrouvée par une mère de famille layéne, Sokhna F.S. Laye. J’en ai aussitôt informé le Commissaire Sangaré qui m’a demandé de lui emmener immédiatement ma fille, pour audition. 

 MAIS, au bout d’un moment, le commissaire Sangaré dû interrompre l’audition de ma fille, au motif que « sa lucidité laissait à désirer ». En effet, ma fille a servi de multiples versions aux enquêteurs. Et puisque le patron de la S.U. voulait un PV d’audition crédible et fiable, il demanda une suspension des auditions jusqu’à lundi. Ce que tout le monde accepta. QU’EST-CE QUI explique alors cette PRÉCIPITATION SUSPECTE du chargé de la communication de la Police nationale, le Lieutenant Ndiassé Dioum, consistant à aller s’épancher dans une radio de la place pour déclarer «qu’il n’y a pas eu d’enlèvement»! Qui a parlé d’enlèvement? J’ai clairement spécifié dans ma saisine (remise aux Commissaires Dramé et Sangaré) que «ma fille a disparu»! LE LIEUTENANT DIOUM a outrepassé ses prérogatives en livrant hâtivement les bribes d’une audition inachevée.

 Et qui étaient loin d’être validées. D’autant que, je le répète, les enquêteurs ont non seulement noté que la lucidité de ma fille laissait à désirer, mais que les mille et une versions livrées aux enquêteurs par ma fille, toujours sous le coup de la panique, commandaient d’attendre au moins que les enquêteurs aient fini leur audition, avant que l’on aille se livrer à une course au scoop, en faisant cette déclaration fracassante, qui a profondément BLESSÉE MA FILLE, qui commence à exprimer des tendances DÉPRESSIVES et suicidaires. EN DÉFINITIVE, il est bon que l’opinion sache que CE N’EST PAS LA POLICE QUI A RETROUVÉ MA FILLE, contrairement à ce qu’à déclaré le lieutenant Dioum. Mais une famille layéne qui me l’a emmenée. Avant que le patron de la S.U. ne me demande la lui livrer. 

 JE TIENDRAIS le porte-parole de la Police, le Lieutenant Ndiassé Dioum responsable de tout ce qui pourrait arrivé à ma fille, qu’il a méchamment jetée en pâture à l’opinion. JE VOUS RÉITÉRE à tou(te)s, cher(e)s toute ma gratitude pour votre soutien constant et vos multiples messages de réconfort dans cette dire épreuve. Je vous reviendrais très prochainement après mon rendez-vous de ce mercredi 19 février 2020 avec la Sûreté Urbaine, incha Allah. Le combat continue. « 

Sortie du Lieutenant Dioum sur la disparition ou non de la fille de Mame Makhtar Guèye : Moustapha Diakhaté a le « cœur brisé ».

Fatou Binetou Gueye était auditionnée au commissariat central de Dakar en présence de son père. La fille du défenseur invétéré des mœurs « a passé une nuit à l’auberge avec son copain », selon les informations données par le Lieutenant Ndiassé Dioum.

Une affirmation du lieutenant qui n’en finit pas de faire l’objet de vives critiques. Pour l’ex-président du Groupe parlementaire Bby, cette sortie « est impardonnable ».

« La violation du secret de l’instruction est une faute impardonnable »

« Le maintien au bureau des relations publiques de la police du Lieutenant Ndiassé Dioum serait une grave entorse à la Gouvernance vertueuse et représenterait une menace sur la crédibilité de la prestigieuse police sénégalaise. La violation du secret de l’instruction est une faute impardonnable pour un responsable de ce niveau de la hiérarchie policière », soutient Moustapha Diakhaté sur sa page Facebook. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Covid-19 : Le Sénégal 96 nouveaux cas positifs dont 16 communautaires

Le Sénégal enregistre 96 nouveaux cas dont cas issus de la transmission communautaire, d’a…