PAPE ALÉ NIANG
Home Actualités au Sénégal PAPE ALÉ NIANG LIBRE APRÈS PLUSIEURS HEURES D’AUDITION
Actualités au Sénégal - février 21, 2020

PAPE ALÉ NIANG LIBRE APRÈS PLUSIEURS HEURES D’AUDITION

Pape Alé Niang a quitté le commissariat central de Dakar. Sorti sain et sauf d’un accident de la circulation sur la corniche Ouest, ce jeudi 20 février 2020, le journaliste avait été appréhendé par les policiers pour les besoins de l’enquête. Ces derniers le soupçonneraient de conduite en état d’ivresse.

Finalement, Pape Alé Niang a été libéré, ce vendredi matin, après plusieurs heures d’audition et, comme annoncé cette nuit par Emedia, aucune charge n’a finalement été retenu contre le journaliste.

OUSMANE SONKO RÉAGIT À LA MESURE DE RESTRICTION DE MACKY SALL

La réaction de l’opposant Ousmane Sonko ne s’est pas faite attendre, 24 heures après l’annonce de la mesure de restriction prise par le chef de l’Etat Macky Sall à propos des acquisitions de véhicules de l’administration. « La presse de ce matin a largement titré sur une supposée subite prise de conscience par monsieur Macky Sall du niveau de gabegie sur fond de surfacturations que cachent les acquisitions de véhicules administratifs par l’État », a-t-il caricaturé.

Pour le leader du parti Pastef – Les Patriotes, quand le communiqué du conseil des ministres fait allusion à des acquisitions démesurées pour annoncer un recensement intégral des véhicules administratifs, il ne s’agit que de simulacres d’indignations présidentielles jamais suivis d’effet. « Tout simplement parce qu’il s’agit de juteux marchés impliquant les proches, amis et collaborateurs ainsi enrichis sans cause », déplore Sonko, soulignant qu’il en avait déjà fait cas dans son ouvrage « Solutions pour un Sénégal nouveau », publié en septembre 2018.

GASPILLAGE, RISTOURNE, SURFACTURATION

Sonko y mentionnait, à propos de dilapidation des ressources, « les dépenses politiques fantaisistes », « les commandes en matériels administratifs ne répondant à aucune nécessité, pour enrichir des « entrepreneurs » choisis qui, à leur tour, ristournent une part à ces mêmes autorités » ou encore « le volume du parc automobile de l’État avec des autorités dotées de deux, trois véhicules voire plus, allant des berlines de luxes aux grosses cylindrées 4X4. »

La réaction de l’opposant Ousmane Sonko ne s’est pas faite attendre, 24 heures après l’annonce de la mesure de restriction prise par le chef de l’Etat Macky Sall à propos des acquisitions de véhicules de l’administration. « La presse de ce matin a largement titré sur une supposée subite prise de conscience par monsieur Macky Sall du niveau de gabegie sur fond de surfacturations que cachent les acquisitions de véhicules administratifs par l’État », a-t-il caricaturé.

Jusqu’ici, c’est Me Moussa Sarr, qui assure la défense de l’activiste arrêté, devant les grilles du Palais de la République, le 29 novembre 2019, lors d’une manifestation contre la hausse du prix de l’électricité.

 

APRÈS LE FEU, LE RESTO DU PAVILLON A REPREND DU SERVICE

C’est le mode ’’fats track’’ au Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud). Son directeur, Abdoulaye Sow, a donné des instructions au service du Département technique pour la reprise des activités, après l’incendie survenu au restaurant central du pavillon A. Des instructions appliquées à la lettre, puisque les deux (02) marmites, qui avaient pris feu, sont opérationnelles et le service a repris, hier jeudi, selon Source A.

Pour rassurer les étudiants, M. Sow était, lui-même, audit restaurant pour le constater. « Nous avons évalué, tiré des leçons et pris des dispositions avec l’installation des extincteurs, et surtout redoubler de vigilance avec nos services de sécurité pour veiller sur les bien et les personnes. Certains ont dit que le restaurant est en cendres, mais vous avez constaté que ce n’est pas le cas. Je ne peux pas remettre un restaurant en cendres en 72h », a-t-il déclaré.

HAUT COMMANDANT DE LA GENDARMERIE : « TOUTES LES ENQUÊTES VONT ABOUTIR »

Le nouveau Haut commandant de la gendarmerie ne perd du temps. Le général de division, Jean Baptiste Tine, a commencé à investir le terrain. En visite, ce jeudi, dans les unités du Sud du pays, le Directeur de la Justice militaire a promis l’aboutissement de toutes les enquêtes que ses hommes ont en charge.

Seulement, a-t-il estimé, la justice a son temps. « Une enquête judiciaire, elle prend du temps. Du temps que les enquêteurs ne maîtrisent pas forcément. C’est le temps de rassembler les preuves, des moyens techniques et scientifiques en vue d’appréhender les auteurs. Donc, ne soyons pas presser. Toutes les enquêtes qui ne sont pas encore abouties sont en cours de l’être. Il ne faut pas désespérer qu’à terme, elles vont livrer leurs secrets ».

Lors de sa visite le Haut commandant de la gendarmerie a aussi exhorté ses hommes à garder le cap. Selon lui, la doléance posée sur sa table et qui concerne le renforcement des moyens pour ses troupes seront portés auprès des autorités. Toutefois, le général Tine pense que « l’Etat a fait beaucoup d’efforts concernant leur plan stratégique 2017 – 2019 ». « Nous devons garder le même cap. Celui de l’excellence dans la lutte contre la criminalité sur toutes ses formes : attaque à mains armée, vol de bétail, trafic illicite de bois. Ce sont autant de phénomènes auxquels nos autorités reviennent très fréquemment pour nous appeler l’obligation de meilleure performance dans le cadre de la lutte contre ces fléaux », a-t-il déclaré devant ses troupes.

AFFAIRE DJIDIACK DIOUF : TOUJOURS PAS DE PLAIGNANT

L’affaire avait défrayé la chronique ces jours passés. Cette histoire de faux visas dans laquelle a été indexé, inculpé et placé sous mandat de dépôt Djiadiack Diouf, le manager de Viviane Chidid, mais aussi d’autres personnes dont Ndèye Kouly Kane, agent à l’ambassade d’Italie, faisait les choux gras de presse. Mais, selon le journal Les Echos, le juge d’Instruction est en train d’élucider l’affaire. Seulement, informe la source, cette élucidation risque de se faire sans l’ambassade d’Italie. Car, le consulat n’a jamais reçu de faux documents et s’est donc pas constitué partie civile. Aucune partie civile ne s’est, en fait, signalée de cette affaire.

DU RENFORT DANS LA DÉFENSE DE GUY MARIUS

Le front de résistance national (Frn) ne veut ménager aucun n’effort afin d’obtenir la liberté de Guy Marius Sagna. Réuni ce 20 février, le Frn « a exprimé sa forte préoccupation devant la longue détention sans jugement du prisonnier politique Guy Marius Sagna ».

Face à cette situation, l’ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye et Cie ont décidé « de constituer un avocat pour l’assister et le défendre contre les mesures arbitraires dont il est victime », renseignent, dans un communiqué, les responsables du Frn.

Pour le leader du parti Pastef – Les Patriotes, quand le communiqué du conseil des ministres fait allusion à des acquisitions démesurées pour annoncer un recensement intégral des véhicules administratifs, il ne s’agit que de simulacres d’indignations présidentielles jamais suivis d’effet. « Tout simplement parce qu’il s’agit de juteux marchés impliquant les proches, amis et collaborateurs ainsi enrichis sans cause », déplore Sonko, soulignant qu’il en avait déjà fait cas dans son ouvrage « Solutions pour un Sénégal nouveau », publié en septembre 2018.

GASPILLAGE, RISTOURNE, SURFACTURATION

Sonko y mentionnait, à propos de dilapidation des ressources, « les dépenses politiques fantaisistes », « les commandes en matériels administratifs ne répondant à aucune nécessité, pour enrichir des « entrepreneurs » choisis qui, à leur tour, ristournent une part à ces mêmes autorités » ou encore « le volume du parc automobile de l’État avec des autorités dotées de deux, trois véhicules voire plus, allant des berlines de luxes aux grosses cylindrées 4X4. »

Mort du talibé Abiboulaye Camara : Retour de parquet pour le « serigne daara »…

L’autopsie faite sur le corps du jeune talibé de 15 ans, ,battu à mort dans un daara à Louga, a révélé « un traumatisme crânien sans hémorragie ». La famille du défunt talibé va s’adresser à la presse ce vendredi.

L’autopsie confirme les accusations du défunt talibé

Le maître coranique Latif Cissé, présumé auteur de la mort de son pensionnaire Abiboulaye Camara qui s’était confessé à sa famille peu avant sa mort, a bénéficié d’un retour de parquet. L’autopsie a d’ailleurs confirmé les accusations du défunt talibé, contre le mis en cause.

La famille d’Abiboulaye Camara, face à la presse

Il devrait être présenté à nouveau, au procureur aujourd’hui même. En attendant, la famille du jeune Abiboulaye Camara a décidé de faire face à la presse ce vendredi 21 février pour s’exprimer au sujet de ce drame.

L’AUTOPSIE CONCLUT À UNE MORT PAR TRAUMATISME CRÂNIEN

Le jeune talibé, Abiboulaye Camara alias Camou, battu à mort par son maître coranique, il y a cinq jours à Louga, a été inhumé, hier. Une foule immense l’accompagnée à sa dernière demeure au cimetière ’’Yeurmandé’’.

Selon le médecin légiste qui a effectué l’autopsie, Camou est mort d’un « traumatisme crânien par coups et blessures, sans fracture, avec hémorragie occipitale causée par un objet contendant ».

Sa famille qui ne veut pas s’épancher trop sur cette affaire demande que la justice fasse son travail. Selon l’oncle du défunt talibé, interrogé par Iradio, le maître coranique et son neveu sont de proches parents. Mais puisse que le Procureur s’est saisi du dossier, sa famille reste suspendue à la décision des autorités judiciaires.

l’accident de Pape Alé Niang…

Le Pire a été évité pour le journaliste Pape Alé Niang, sorti sain et sauf d’un accident. 

Les faits ont eu lieu hier nuit, sur la Corniche Ouest. En perdant le contrôlé de sa voiture, en provenance du centre-ville de Dakar, le journaliste a heurté un autre véhicule dans le tunnel de Soumbédioune.

Police central 

Le journaliste-chroniqueur arrêté est actuellement gardé à vue au commissariat central de Dakar. La publication de son livre intitulé «Scandale au cœur de la République : le dossier du Coud» et qui mouille le ministre Cheikh Omar Anne, continue toujours de faire un tolet.

Le film de l’accident de Pape Alé Niang

L’Observateur rejoue, dans sa parution de ce vendredi, le film de l’accident de Pape Alé Niang survenu, hier, sur la Corniche Ouest.

En provenance du centre-ville de Dakar, le journaliste a perdu le contrôle de son véhicule quand il était encore dans le tunnel de Soumbédioune. Selon le journal, il a roulé sur 30 à 50 mètres avant de finir sa course sur un véhicule Clio blanc de marque Renault.

L’état du véhicule percuté et celui de Pape Alé Niang témoigne de la violence du choc. La malle du véhicule percuté a été endommagé tandis que l’avant de la BMW X6 du journaliste était abimé. Et, rapporte un proche du journaliste, au moment de freiner, le véhicule a lâché.

Pape Alé Niang: « Je suis en face de l’inspecteur qui veut me mettre en prison »

« Je tiens à dire à tous mes confrères Pape Alé Niang se porte bien . Je n’ai même pas d’égratignures », déclare le journaliste, après son accident sur la Corniche Ouest de Dakar.

Lieux…

Les lieux du choc ont, très vite, été vite pris d’assaut par des badauds qui voulaient s’enquérir de l’état de santé du journaliste. Heureusement,  il y a eu plus de peur que de mal puisque le journaliste n’a subi aucune blessure. Il se porte bien. Les forces de l’ordre se sont vite déployées sur les lieux.

Stratégie…

« Il y a leur stratégie élaborée mais suis en face de l’inspecteur qui élabore un dossier pour me mettre en prison », écrit Pape Alé Niang.

Offensive : Des mourides annoncent la fin pour Aïda Diallo

Tout est parti du 14 février dernier. Date à laquelle Aïda Diallo a décidé d’organiser un événement car son défunt mari Cheikh Béthio lui avait dit : « YAYE MAN MAY YOW « . Un acte dénoncé par certains mourides du fait qu’elle ne s’est pas  conformée à la volonté de Serigne Mountakha Mbacké en organisant cet événement. 

Suite à la célébration du « bessu thiofel » ce 14 février, c’est  Serigne Moustapha Diakhaté qui a sonné la révolte pour mettre fin à ce qu’il considère comme des dérives de Aïda Diallo.  Ainsi, il a demandé à tous les « dahiras » de se mobiliser pour mettre un terme  aux agissements de l’épouse du défunt guides des thiantacônes.

En réponse à l’appel, le Dahira Dialibatul Marakhib de Thiès dit être prêt. Très en colère, ils sont prêts à donner leurs vies pour que Aïda Diallo accepte de se conformer au ndigël du khalife général des mourides.

PAPE ALÉ NIANG LIBRE APRÈS PLUSIEURS HEURES D’AUDITION

Pape Alé Niang a quitté le commissariat central de Dakar. Sorti sain et sauf d’un accident de la circulation sur la corniche Ouest, ce jeudi 20 février 2020, le journaliste avait été appréhendé par les policiers pour les besoins de l’enquête. Ces derniers le soupçonneraient de conduite en état d’ivresse.

Finalement, Pape Alé Niang a été libéré, ce vendredi matin, après plusieurs heures d’audition et, comme annoncé cette nuit par Emedia, aucune charge n’a finalement été retenu contre le journaliste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Médecin-chef Touba : »aucun cas de Covid-19 enregistré depuis six jours »

Aucun cas de coronavirus n’a été enregistré dans la ville sainte de Touba durant ces six d…