Home A la Une au Sénégal SÉNÉGAL : BRAQUAGE DE KOUMPENTOUM LES ÉMOUVANTES CONFIDENCES DE L’ÉPOUSE DU COMMANDANT SANÉ
A la Une au Sénégal - 2 semaines ago

SÉNÉGAL : BRAQUAGE DE KOUMPENTOUM LES ÉMOUVANTES CONFIDENCES DE L’ÉPOUSE DU COMMANDANT SANÉ

La veuve de l’adjudant-major Tamsir Sané, dont le nom n’a pas été dévoilé, est très affectée par la mort de son mari, tué d’une balle à la tête, lors d’une tentative de braquage à Koumpentoum. C’est à la radio, à bord un taxi, accompagné de son fils, qu’elle apprend la triste nouvelle. Elle raconte, dans un entretien avec L’Observateur, le film de ce jour fatidique.

«Tôt le matin du vendredi 26 juillet, ma belle-sœur, Ndèye Fatou, m’a jointe au téléphone pour dire bonjour. Elle a gardé le silence. Cela m’a paru bizarre. Sa voix chancelante l’a trahie. J’ai eu alors comme un pressentiment, puis toutes mes pensées sont allées vers mon mari. Toutes sortes d’idées ont commencé à défiler dans ma tête, puis j’ai composé le numéro de Tamsir. L’opérateur de téléphonie m’a dit qu’il était en communication. J’ai raccroché et attendu trois minutes, il n’a pas rappelé, contrairement à ses habitudes.»

«Son numéro sonnait dans le vide. Mon cœur battait très fort»

Elle poursuit : «J’ai appelé un autre numéro qui sonnait dans le vide. Mon cœur commençait alors à battre très fort. Je ne pouvais plus m’arrêter. Il me fallait avoir de ses nouvelles. J’ai joint sa grande sœur, elle a décroché et j’ai entendu des gens pleurer et hurler. J’ai alors compris qu’il se passait quelque chose de grave. Jusqu’à cet instant, personne ne m’a rien dit. Mais, la succession de ces comportements inhabituels m’a fait craindre le pire». 

«Ce vendredi où le ciel m’est tombé sur la tête…»

«Je me suis plainte auprès de ma petite sœur, lui disant que je n’arrive à joindre mes belles-sœurs qui sont en pleurs et personne ne m’avait rien dit. C’est alors que mon oncle est arrivé et a joint ma belle-soeur qui lui a annoncé la mort de mon époux. J’étais choquée, effondrée et j’ai senti mon cœur s’emballer. Je me souviendrai toute ma vie de ce jour du vendredi, de cet instant où le ciel m’est tombé sur la tête…»

«Ce que je dirai aux meurtriers de mon mari»

«Si j’étais en face de ces bandits, je leur dirai de jeter un grand regard sur ma fille Ndèye Sokhna, qui aura 19 ans au mois d’octobre prochain, et sur mon fils Ibrahima qui a 15 ans. Je leur sommerai de les regarder dans le blanc des yeux et leur expliquer pourquoi ils ont fait ça. C’est tout.»

Leave your vote

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Maroc : un Sénégalais meurt en voulant sauver un chien de la noyade

Un ressortissant sénégalais est mort noyé lundi 12 août dernier, en essayant de sauver un …