Home Actualités au Sénégal SÉNÉGAL/CNRA- Rapport élection présidentielle du 24 février 2019 : « Pas de sanctions, tant que les manquements n’avaient pas pris une proportion inacceptable »
Actualités au Sénégal - 3 semaines ago

SÉNÉGAL/CNRA- Rapport élection présidentielle du 24 février 2019 : « Pas de sanctions, tant que les manquements n’avaient pas pris une proportion inacceptable »

Le Conseil National de l’Audiovisuel a rendu public son rapport, suite à l’élection présidentielle du 24 février 2019. Ledit conseil précise que la supervision institutionnelle du travail des médias a connu de nombreuses innovations, avant et pendant la Présidentielle de février 2019. Et, ni les dispositions légales ni celles règlementaires n’ont été retouchées de quelque façon que ce soit.

Le Conseil National de l’Audiovisuel, dans sa démarche a apporté une touche nouvelle. Il précise dans son rapport que les médias ont très tôt été rappelés à leurs obligations, dans un contexte électoral. Le Régulateur avait choisi le contact sur le terrain par des visites à des entreprises de presse via leurs directions centrales à Dakar. 

Le rapport précise qu’entre novembre 2018 et janvier 2019, les correspondants et structures médiatiques ont participé à des ateliers initiés par le CNRA aux fins d’informations d’abord, de sensibilisation ensuite, sur les missions de la Régulation et l’attitude attendue des journalistes. Des trente derniers jours précédant l’ouverture de la campagne électorale au jour du scrutin. 

Sensibilisation 

Les journalistes en poste dans les régions ont beaucoup été mis à contribution à l’occasion de ses ateliers. Ainsi, c’est localement que ces acteurs ont été sollicités pour préparer eux-mêmes les listes de leurs confrères à inviter. Le CNRA avait opté pour des regroupements dans des capitales régionales. 

En pratique, cela a donné le découpage suivant : Zone Nord (Saint-Louis, Louga, Podor et Matam), Zone Sud (Ziguinchor, Kolda Sédhiou et Oussouye) Zone Centre (Kaolack, Diourbel, Kaffrine et Fatick), Zone Est (Tambacounda et Kédougou). Thiès a été la première étape le 13 novembre 2018 et Dakar a accueilli en fin de cycle, les ateliers consacrés aux Rédacteurs en chef ou responsables d’organes, à la Convention des Jeunes Reporters (CJRS) et, aux radios communautaires via l’Union des Radios Associatives et Communautaires (URAC). 

L’atelier des Jeunes Reporters notamment a eu droit à une Communication du DFC de la Direction générale des élections. C’était le 12 décembre, quelque deux semaines avant la rencontre avec l’URAC, le 27 décembre 2018. Les responsables des radios communautaires étaient venus de différentes régions du pays. 

Ainsi qu’il en a été avec tous les partenaires médiatiques, les échanges ont largement porté sur les dispositions du Code électoral et les Règles d’Ethique et de Déontologie qui encadrent le travail des journalistes. Spécifiquement, les travaux avec l’URAC ont également consisté en des rappels et propositions de réformes venues des acteurs eux- mêmes. 

L’important pour le CNRA devant les médias de proximité aura été d’insister sur un point essentiel des Cahiers des Charges, applicables à ces derniers : « la Radio Communautaire ne peut diffuser des informations, messages ou débats à caractère politique ». La cible n’a pas laissé passer l’occasion d’exprimer ses attentes sur la question. 

Apport des points focaux au monitoring 

Le Régulateur a également recruté des points focaux qui lui ont permis de suivre une importante partie des productions médiatiques locales, notamment durant la campagne. Les résultats du monitoring en attestent éloquemment. 

Sur ce chapitre, le rapport produit par le CNRA indique : « le monitoring des médias en période électorale est basé sur une méthodologie systématique d’observation, d’analyse quantitative et qualitative des contenus diffusés par les médias, sur un échantillonnage objectif composé de plusieurs profils d’éditeurs audiovisuels, de la Presse écrite et de la Presse en ligne. 

Le Service de monitoring du CNRA a particulièrement suivi les canaux, constituant les principaux relais de l’information sur l’activité politique nationale, notamment : les journaux télévisés, les magazines d’information et magazines dédiés à l’élection présidentielle, les débats, les articles de Presse écrite, les publications de la Presse en ligne, les vidéos et insertions publicitaires, etc. » 

Société civile et Observateurs internationaux 

Outre les médias et leurs représentants, d’autres structures et acteurs électoraux ont été reçus pour échanger avec l’instance de Régulation. Le 22 novembre 2018, des audiences ont été accordées au GRADEC et, à la Plateforme des acteurs non étatiques. Pour tous les partenaires, l’objectif était resté le même : chacun en ce qui le concerne, œuvre à l’organisation d’un scrutin transparent et apaisé. 

C’est ce message qui a été exprimé devant les missions internationales et africaines d’Observateurs électoraux également reçues dans les locaux du CNRA. Il s’agit des Missions de l’Union Européenne, de l’Organisation Internationale de la Francophonie et de la CEDEAO, notamment. 

S’agissant du travail de régulation dans les trente (30) jours précédant l’ouverture de la campagne, autant que durant celle-ci, l’Institution a fortement mis à profit les différentes rencontres à son agenda, pour largement communiquer sur les dispositions du Code électoral et le rôle des médias dans le renforcement de la démocratie et la culture de la paix en période électorale. 

La couverture de la campagne, faisant obligation à l’Audiovisuel public d’assurer aux candidats un égal accès et un traitement égalitaire sur les temps d’antenne, le CNRA a eu une rencontre avec les autorités de la RTS et les mandataires des cinq (05) candidats, retenus par le Conseil Constitutionnel. La réunion a eu pour but de déterminer le temps et l’ordre de passage, tout comme les modalités de couverture des déplacements. 

Le rôle déterminant des médias 

Le rapport du CNRA donne beaucoup d’indications sur les langues de communication les plus parlées durant la campagne, le temps d’exposition des candidats par média, les acteurs les plus présents en UNE des quotidiens. Le document de 98 pages donne également de larges extraits de textes législatifs et réglementaires, portant sur les élections en général, celle du 24 février 2019 en particulier. 

Le Président du Conseil National de Régulation de l’Audiovisuel y salue tous ceux, dont le concours et l’appui institutionnel ont permis de réussir un scrutin que les médias ont beaucoup contribué à rendre paisible dans son déroulement, des phases préparatoires à la proclamation du résultat définitif. 

Le Président Babacar DIAGNE s’est toutefois refusé à la politique de l’autruche. Dans un mot introductif audit Rapport, il souligne : « durant la présidentielle de 2019, l’organe de régulation a certes relevé des cas isolés de violation manifeste de la réglementation. Mais, a tout aussi clairement constaté que, dans l’ensemble, les médias ont joué un rôle déterminant dans cette élection. C’est d’ailleurs pour préserver la sérénité particulièrement importante en ces moments de vie démocratique, que le CNRA retint de ne pas aller vers des sanctions, tant que les manquements n’avaient pas pris une proportion inacceptable ». 

Source : Leral 

Leave your vote

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

SÉNÉGAL/Mairie de Dakar: rien ne va plus entre Soham Wardini et les ‘’khalifistes’’

Rien ne va plus à la mairie de Dakar, où les proches de Khalifa Sall sont désormais en con…